Les impacts du Coronavirus sur le marché immobilier

Dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent, le secteur de l’immobilier comme presque toutes les activités non vitales du pays , est mis en pause.

Face à cette situation, deux visions s’opposent : d’une part celle qui considère que le marché immobilier va subir la récession inévitable, s’en suivant des acheteurs frileux de s’endetter sur 20 ans, une baisse de la demande, une augmentation de l’offre et par conséquent une baisse des prix et une inversion des conditions de financement actuellement très favorables.
L’autre vision est celle qui soutient que l’activité immobilière sera maintenue par le biais du télétravail évitant ainsi un ralentissement trop important du marché immobilier qui restera une valeur refuge pour les français, et ce grâce aux taux d’intérêt historiquement bas, malgré une légère hausse depuis le début de la crise.

En cette période inédite, l’activité immobilière, comme un grand nombre d’autres secteurs d’activités, se trouve particulièrement perturbée avec aujourd’hui, des propriétaires qui craignent de ne pas trouver d’acheteur et que leur bien soit dévalué.
Les dossiers en cours sont également sujet à questionnement : les acquéreurs vont-ils se rétracter dans le délai imparti, les demandes de financement en cours vont-elles être impactées, les dates de signatures d’acte authentique vont-elles pouvoir être maintenues ?…

Face à ces difficultés, les professionnels de l’immobilier sont amenés à s’adapter et à mettre en place de nouvelles méthodes de travail. Les solutions de signature d’avant contrat et d’acte définitif à distance commencent à se mettre en place. Les propriétaires poursuivent leur projet de vente par le biais de la visio-estimations, ce qui permet de maintenir un niveau d’accompagnement des propriétaires et lancer les commercialisations après crise.

Les acheteurs de leur côté peuvent poursuivre leurs recherches grâce aux visites virtuelles.
Quant au financement, les montages de dossiers de financement et les accords bancaires sont actuellement stoppés ; il faudra patienter la sortie de crise pour voir évoluer les dossiers.
Il est envisageable que les établissements bancaires stoppent la légère hausse observée récemment afin de rattraper les retards de délivrance de crédits immobiliers.

Le secteur de l’immobilier connait aujourd’hui un tournant et doit savoir proposer des alternatives à la hauteur des bouleversements que notre société subit aujourd’hui.

Les 100% virtuel est peut-être la solution de demain.

Notre Cabinet reste opérationnel durant cette période pour vous proposer nos services notamment en matières d’expertise immobilière et de vente immobilière.

Ludivine Trouvé
DROUINEAU 1927